8ème réunion du SCDGDUA : la RD Congo a passé le flambeau au Zimbabwe

https://www.douane.gouv.cd/sites/default/files/styles/blog_828x401_/public/hotel-exterior-monomotapa.jpg?itok=9ScR8CCW

Harare, capitale du Zimbabwe a accueilli, du 14 au 18 novembre 2016, la 8ème réunion du Sous-comité des Directeurs Généraux des Douanes de l’Union Africaine (SCDGDUA). Au cours des travaux, les débats ont tourné autour du thème « des barrières aux passerelles : mise en œuvre des postes frontaliers à point de passage unique (OSBP : One Single Border Post) pour une meilleure facilitation des échanges commerciaux ».

Approfondissant la réflexion autour du thème choisi pour faciliter les échanges commerciaux et ainsi stimuler le commerce intra-africain, les directeurs généraux des douanes ont fait le point sur les travaux réalisés par les experts et approuvé leurs recommandations.

Les travaux proprement dits ont été précédés par la cérémonie de passation du bâton de commandement entre le Directeur Général des Douanes et Accises de la RDC et Président du Sous-Comité des Directeurs Généraux des Douanes et Accises pour l’exercice 2015- 2016, Déo RUGWIZA MAGERA et Happias KUZVINZWA, Commissaire Général de l’Autorité Fiscale du Zimbabwe.

Le Patron de la Douane congolaise a, à cette occasion, mis un accent particulier sur la mission assignée au SCDGDUA. Déo RUGWIZA MAGERA a indiqué que cette structure a été créée pour « gérer des questions commerciales, douanières et d’immigration. Elle agit en qualité d’organe conseiller de la commission, du comité technique spécialisé sur le commerce, de la planification économique et de l’intégration ». Parlant des perspectives douanières, Déo  RUGWIZA MAGERA a signifié que le SCDGDUA examine non seulement les matières lui transmises par la commission et les comités techniques spécialisés mais également les questions relatives aux programmes et projets de l’Union Africaine, en particulier les questions douanières ayant un impact sur le processus d’intégration de l’Afrique. Il a également rappelé que cet organe formule les recommandations aux Etats Membres, aux communautés économiques régionales et à la commission de l’Union Africaine.

Postes frontaliers à point de passage unique et facilitation du commerce frontalier

Aux cours des travaux, les participants ont échangé leurs points de vue et réfléchi sur les perspectives dégagées par le thème retenu. En effet, un OSBP est un poste frontalier qui combine deux guichets, l’un servant aux opérations nationales de contrôle frontalier et l’autre à consolider les fonctions de contrôle frontalier dans une salle publique pour passer d’un pays vers un autre. Ces OSBP sont introduits dans de nombreuses régions d’Afrique et sont érigés aux points d’entrée des principaux corridors de transport. C’est le cas de l’OSBP de Chirundu situé entre le Zimbabwe et la Zambie sur le corridor Nord-Sud. Corridor qui s’étend du port de Durban en Afrique du Sud jusqu’en RD Congo en passant par le Zimbabwe et la Zambie.

Notons que la mise en œuvre d’un concept de poste frontalier unique nécessite au préalable des programmes de gestion du changement.

Avantages du système

La mise en œuvre de ce système procure plusieurs avantages dans la facilitation des échanges commerciaux, notamment pour les agences de contrôle aux frontières, les chargeurs et les fabricants ainsi que pour les consommateurs.

Parmi ces avantages, il faut citer une utilisation rationnelle des ressources grâce à une meilleure coopération transfrontalière et au partage des renseignements et desdites ressources. L’autre avantage est la motivation accrue des employés qui se traduit par la croissance de la productivité grâce à l’exploitation des informations reçues au préalable. A cela il faut ajouter un environnement favorable à l’utilisation accrue des Technologies de l’Information et de la Communication « TIC » et un traitement plus rapide des documents, une sécurité accrue, une réduction de la corruption et de la fraude etc.

A l’issue des travaux, les Directeurs Généraux du SCDGDUA ont en outre résolu, compte tenu des mutations du monde, de se rencontrer avant les sessions du Conseil de coopération douanière afin d’harmoniser les points de vue de l’Afrique pour les répercuter auprès des instances internationales.

Au regard de l’agenda 2030 et 2063 de l’UA, le Comité du SCDGDUA a un rôle important visant l’intégration économique du continent africain qui lui confie des responsabilités essentielles dans le domaine de la promotion de la facilitation du commerce intra-africain.

Patience VUMILIA BOKOLE

 

0 Comments